29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 00:58

Les Beatles ont leur musée à Buenos Aires

 

Un petit musée consacré aux Beatles vient d'ouvrir ses portes dans la capitale argentine.

The Cavern, référence au légendaire club de Liverpool, abrite une collection (disques, photos, vêtements...) rassemblée par Rodolfo Vasquez, un passionné des Beatles qui possède 8 500 objets en rapport avec le groupe. C'est le 2e plus grand musée de ce type au monde après le Beatles Story de Liverpool.

Cliquez sur:

http://www.thecavernclub.com.ar/

 

Sources: lemondefr pet

 

 

Un musée dans une douane souterraine

Une douane enterrée face au Rio de la Plata et près de la Casa Rosada (palais présidentiel), transformée en musée historique : c'est l'une des spécificités duMuseo del Bicentenario de Buenos Aires installé dans la douane Taylor. Le musée est ouvert du mardi au dimanche, de 10 h à 18 h. L'entrée est gratuite. 

Un leve olor a humedad todavía persiste entre sus recovecos, como si los últimos 200 años de la historia argentina también se respiraran. Sin embargo, todo es alta tecnología en el Museo del Bicentenario que la presidenta Cristina Fernández inauguró el pasado 24 de mayo, con un año de retraso.

Lire la suite (en espagnol)

http://www.perfil.com/contenidos/2011/06/03/noticia_0033.html

Sources: Le Monde.fr, Perfil

La casa chorizo

Toute personne ayant vécu à Buenos Aires a entendu parler de la casa chorizo, aussi dite "coloniale" ou "pompéienne" en raison de sa grande similitude avec les maisons de Pompéi. Mais qui sait exactement ce qu’est cette fameuse maison porteña ? Pour bien comprendre son modèle, encore faut-il comprendre la structure de la ville qui l’a vu naître : Buenos Aires, avec ses manzanas et ses cuadras. Pour cela, Céline Mignot, architecte formée en France mais installée de longue date outre-Atlantique, propose un parcours en trois étapes. Aujourd’hui, troisième volet de la série de trois articles parus dans le "petit journal.com", édition de Buenos Aires.
 

                                                     el-20patio250.jpg

(Photo : Gobierno de la Cuidad de Buenos Aires, Secretaría de cultura : La Casa Chorizo ; Programa para la preservación del Patrimonio Arquitectónico, Buenos Aires, 2000)

 

premier volet de la série : Buenos Aires, le plan fondateur

La ville de Buenos Aires est fondée en 1580 selon un code urbanistique appelé "lois des Indes" de Philippe II (une première tentative de fondation, en 1536, a échoué suite aux attaques des indigènes). Ces lois ont été définies en Espagne pour être appliquées à toutes les villes coloniales. C'est pour cette raison que la plupart des cités d’Amérique Latine respectent une structure identique. Elles recommandent d’établir la ville "si possible sur une élévation de terrain entourée de bonnes terres arables, près d’une source d’eau abondante et à proximité de forêts fournissant le combustible et le bois de charpente".

Echiquier et quadrillage

L’espace public est soumis à des normes précises et détaillées. Pour établir le plan de la ville, "on commencera par la place principale d’où partent des rues qui rejoignent les portes de la ville et les routes, en réservant assez d’espaces ouverts pour qu’en cas de croissance, la ville puisse toujours s’étendre de manière symétrique". Il est évident que les lois des Indes envisagent un schéma en échiquier, avec des intersections à angle droit et un quadrillage uniforme permettant une reproduction facile et une croissance urbaine illimitée.
La place principale (plaza mayor) doit être orientée de manière à ce que les quatre angles correspondent aux points cardinaux. Quant à sa morphologie, les règles précisent que la place doit suivre une forme rectangulaire, avec une longueur au moins une fois et demie supérieure à la largeur, proportion jugée plus adéquate que le carré pour "l’agora", le centre d’activités commerciales, sociales et politiques.

Arcades et églises

Les rues principales partent du milieu de chacun des côtés de la place et deux rues secondaires s’écartent de chacun des angles. "La place entière et les quatre rues principales qui en partent seront pourvues d’arcades car celles-ci sont très commodes pour ceux qui s’y rassemblent pour commercer", précisent les lois des Indes.
On prévoit également l’emplacement des édifices institutionnels. Dans les villes côtières, l’église principale doit faire face à la place, à côté du port. Les autres églises doivent être construites parallèlement à la côte pour être aperçues de loin. Dans les villes intérieures, l’église est placée à distance de la place, à l’écart des autres bâtiments et, si possible, en position surélevée, pour être visible de loin. Ce schéma de place principale se retrouve donc dans la plupart des capitales latinos, mais aussi dans toute l’Argentine.

De Viamonte à Independencia

Lorsqu’il fonde la ville en 1580, le conquistador espagnol Juan de Garay prévoit son extension sur quelque 150 manzanas (1,6 km2 environ). Santa María de los Buenos Ayres (selon le texte de l’acte fondateur) occupe alors un modeste carré de 15 manzanas de côté face au fleuve de La Plata, s’étendant de l’actuelle rue Viamonte au nord jusqu’à l’avenue Independencia au sud. De nos jours, la capitale fédérale s’étend sur 202 km2, une superficie deux fois supérieure à celle de Paris (105 km2).
Malgré la croissance vertigineuse de la ville, les caractéristiques du code urbanistique fondateur sont toujours visibles. Ainsi, la place principale, la rectangulaire Plaza de Mayo abrite aujourd’hui encore les bâtiments emblématiques du pouvoir : la Casa Rosada, la Cathédrale, le Cabildo (devenu un musée), le ministère de l’Economie, l’AFIP, le Banco Nación et la mairie. De même, la manzana et la cuadra restent des éléments caractéristiques de la ville.


Le modèle de la casa chorizo voyage avec les colonisateurs qui reproduisent leurs expériences outre-Atlantique : il est la synthèse de plusieurs styles espagnols, parmi lesquels domine celui de la maison d’Andalousie, région d’origine de la plupart des conquistadores. Pour sa part, la maison andalouse est l’héritière du modèle romain, raison pour laquelle on dit souvent que la casa chorizo trouve son origine dans la maison pompéienne. Toutefois, la maison coloniale porteña est un produit original, propre à l’Argentine.
La casa chorizo remonte à la moitié du 19e siècle. Elle provient de la répartition des amples terrains coloniaux suivant des murs mitoyens longitudinaux, conformément à la trame en damier. Elle s’organise à partir d’un terrain type de 8,66 mètres de large (10 varas), mesure selon laquelle a été divisée la manzana.

Hiérarchie de cours

La maison que l’on appelait "à cour" est la maison coloniale, qui s’organisait à partir de plusieurs cours hiérarchisées. La première, donnant sur la rue, était entourée par des chambres destinées aux réunions et à la réception (et pouvant devenir des bureaux ou des cochères). La deuxième était entourée des chambres à coucher des propriétaires (cour intime) et la troisième rassemblait les services (cuisines, dépôts, toilettes, chambres pour les employés domestiques).
En général, on pénètre dans la maison depuis la porte extérieure, par un vestibule situé du côté opposé des chambres. Le vestibule communique avec la pièce principale donnant sur la rue et avec le premier patio par une seconde porte. Les chambres sont disposées en file indienne et reliées entre elles par une circulation intérieure qui ouvre aussi sur une galerie couverte, adjacente au patio.
Nous connaissons tous ce modèle : on le trouve un peu partout à Buenos Aires, ou décrit dans la littérature comme dans le conte Casa Tomada de Julio Cortazar ou encore dans de nombreux poèmes de Jorge Luis Borges comme Ferveur de Buenos Aires….

Extérieur et intime

Synonyme de casa chorizo, le patio est un élément indispensable de la maison. Pendant une longue période de l’année, on vit dans ces patios, espaces à la fois extérieurs et intimes. C’est le lieu où tout le monde se réunit, où se déroule la vie en communauté, l’espace considéré comme le plus agréable de la maison.
Le patio permet aussi à la lumière d’entrer et d’éclairer les dépendances du logis. Il est indispensable dans la casa chorizo : compte tenu de l’étroitesse de la parcelle et de sa répartition toute en longueur, les pièces ne donnant pas sur la rue ne seraient en cas contraire absolument pas éclairées. La vue aérienne des bloques révèle un ensemble régulier de constructions, percé d’orifices carrés ou rectangulaires – les patios – qui ressemblent à des fenêtres par où pénètre le soleil.
"Le patio est la pente par quoi le ciel entre dans la maison" écrit ainsi Jorge Luis Borges (Ferveur de Buenos Aires, "Un Patio", Oeuvres complètes, Bibliothèque de la Pléiade, Ed. Gallimard 1993). Le patio et la lumière reviennent régulièrement dans les poèmes de Borges. Le patio est à la fois pièce centrale, "cœur" de la maison et puits de lumière indispensable pour éclairer les pièces du fond, vu la profondeur du terrain, comme l’avait remarqué Le Corbusier : "Voici le terrain à bâtir !! Pas de lumière !"
Buenos Aires se dit "la ville la plus européenne d’Amérique Latine". Ses principales caractéristiques architecturales sont héritées du siècle précédent ; ses vestiges restent ancrés dans la ville actuelle : la rue droite, sans fin jusqu’à la pampa, la casa chorizo et ses successions de patios.

Céline MIGNOT
http://www.celinemignot.com.ar/
(www.lepetitjournal.com - Buenos Aires) jeudi 10 décembre 2009

Nouvelle image

 

Tracé
Le tracé de Buenos Aires est commun à la plupart des villes fondées en Amérique : des carreaux réguliers pour les blocs et les rues, tous identiques. Ces carreaux délimitent les "pâtés de maison" ou manzanas.
La manzana traditionnelle de la colonisation espagnole est un bloc d’habitation de 150 "varas" de côté, soit environ 129,9 m (1 vara = 0,866 m.), qui représente la distance minimale obligée entre deux rues parallèles. La manzana a donc la forme d’un carré de quelque 110 mètres de côté, entouré de rues de 7, 9 ou 11 mètres. Traditionnellement, la manzana est libre en son intérieur, ouverte sur le jardin ; aujourd’hui, malheureusement, ce qui était le pulmón de manzana est trop souvent bâti.

Le "damier maniaque"
La cuadra, elle, correspond à un côté de l’îlot, c’est-à-dire au groupe de maisons délimité par des rues ou d’autres espaces non construits. La cuadra regroupe donc la rue, les façades et la maison. Avec le temps, l’omniprésence de la trame orthogonale a résisté, ce "damier maniaque" selon l’expression de Le Corbusier, la poursuite sans fin de ce plan venant d’Espagne… il y a plus de trois cents ans ! “Oh, là ! Est-ce possible? Quelle aventure !” Vous numérotez vos maisons par un chiffre qui exprime leur distance comptée depuis l’est, pour les rues perpendiculaires à la mer, et depuis l’avenue axiale de Mayo, pour les rues parallèles à la mer ; vous avez des maisons portant le numéro 25.000, ce qui révèle une rue de 25 km en ligne droite. Mais vos rues sont recoupées à 120 m. De quoi devenir fou !" (Le Corbusier, Précisions, Neuvième conférence : Le plan “voisin” de Paris, cycle de 9 conférences qu’il a animé à Buenos Aires en 1929 invité par Victoria Occampo).
Qui n’a pas été surpris en arrivant à Buenos Aires par la numération des rues ? L’explication est pourtant simple : le numéro 626 désigne la maison à six cuadras du début de la rue et à 26 m de distance de l’angle de la rue. Aujourd’hui, à Paris, on se surprend à chercher le numéro 92 situé face au n° 73 de la même rue ! Chose impossible à Buenos Aires !

Triomphe horizontal
Dans la ville en damier, le tracé des artères est rectiligne et il y a toujours l’horizon, le ciel au bout ; à l’ouest, le soleil couchant. Une ville où "les lignes horizontales triomphent des lignes verticales", où le faubourg se fond dans la pampa, où les rues "renoncent à leur géométrie obstinée et brisent des files" pour faire naître des places et des maisons "si tristement semblables" avec leurs balustrade et leur seuil de marbre. Telle était la vision de Jorge Luis Borges dans Inquisiciones, "Buenos Aires" (Oeuvres complètes, Bibliothèque de la Pléiade, Ed. Gallimard 1993), parlant de sa ville natale.
Comme nouvelle citadine porteña, ce sont justement ces maisons "si tristement semblables" qui m’intéressent et m’attirent. Car en réalité, les façades de Buenos Aires sont à la fois "semblables" et disparates, grâce aux nouvelles constructions, très éloignées de celles que l’on faisait au 19e siècle. Et la casa chorizo, avec son patio est la plus représentative de la ville de Buenos Aires.

Voir aussi, toujours dans le Petit Jounal.com mais plus récemment:

 

http://www.lepetitjournal.com/buenos-aires/pratique/idees-buenos-aires/133711-on-a-teste-pour-vous-la-maison-saucisse.html 

Partager cet article

FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans A voir en Argentine
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 03:49

 Le régime matrimonial


Un régime matrimonial est l’ensemble des règles qui régissent, au cours du mariage et lors de sa dissolution, les biens des époux  et toutes les questions pécuniaires du ménage, tant dans les rapports entre ces époux que dans les relations de ceux-ci avec les tiers, en particulier les créanciers.

 

Qu’est-ce qu’un régime matrimonial et à qui s’applique-t-il ?

Un régime matrimonial est l’ensemble des règles qui régissent, au cours du mariage et lors de sa dissolution, les biens des époux  et toutes les questions pécuniaires du ménage, tant dans les rapports entre ces époux que dans les relations de ceux-ci avec les tiers, en particulier les créanciers. (Définition basée sur le Vocabulaire juridique de Gérard Cornu)

 

Cliquez sur :

http://www.francais-du-monde.org/2012/11/05/le-regime-matrimonial/

 

A l’issue de la table ronde sur “les unions à l’étranger” organisée en août dernier, les possibilités de mariage pour les Français résidant à l’étranger avaient été évoquées.

 

Pour les ressortissants de l’Union européenne résidant dans un des 27 pays membres, aucune difficulté : le mariage peut être célébré par les autorités locales dans le pays de résidence du couple demandeur.

 

Pour les autres pays, dans le cas où un(e) Français(e) souhaite se marier avec un(e) ressortissant(e) de son pays de résidence, deux solutions existent : faire célébrer le mariage par les autorités locales ou s’en remettre aux autorités diplomatiques ou consulaires françaises. Mais, en vertu de l’article 171-1 du code civil, cette dernière hypothèse n’est envisageable que dans certains pays dont la liste a été fixée par le décret du 26 octobre 1939 complété par un décret du 15 décembre 1958. Ces pays sont l’Afghanistan, l’Arabie Saoudite, la Chine, l’Egypte, l’Irak, l’Iran, le Japon, Oman, la Thaïlande, le Yémen, le Cambodge et le Laos.

Ces dernières années, plusieurs sénateurs dont Monique Cerisier ben Guiga ont saisi le législateur sur la nécessité d’actualiser ce décret (qui ne prévoyait la célébration d’unions qu’entre des Français et des étrangères et était donc discriminatoire pour les femmes) et de faire évoluer cette liste très limitative. Dans le cadre de sa mission de proposition de réformes, le Médiateur de la République a également relayé cette demande auprès du ministère des Affaires étrangères et européennes.

Bernard Kouchner a répondu que, le décret en question étant susceptible d’être en contradiction avec l’article 5f de la convention de Vienne du 24 avril 1963 sur les relations consulaires, le risque que la validité d’un mariage célébré devant une autorité diplomatique ou consulaire française à l’étranger soit mise en cause par les autorités locales ou attaqué en droit français (en particulier à l’occasion de la liquidation d’une succession) est important. C’est pourquoi les postes ont instruction de ne célébrer de tels mariages qu’en dernier recours et après avoir informé les futurs époux des risques encourus. C’est aussi ce qui motive le législateur à ne pas allonger la liste des pays concernés.

Pour ce qui est du caractère discriminatoire de l’article 171-1 du code civil, le ministre précise dans sa lettre que dans la pratique, les postes diplomatiques ont instruction depuis 2003 de célébrer également les mariages entre une Française et un étranger (et non uniquement ceux entre un Français et une étrangère).

Notons enfin que sur les 120 000 actes de l’état civil établis annuellement par les postes diplomatiques français, seuls 300 concernent des mariages et une infime minorité des mariages contractés en vertu du décret de 1939. Le dossier est donc momentanément clos et ne sera rouvert que si des difficultés d’application du texte sont portées à la connaissance du ministère. C’est dans ce sens qu’un appel à témoignages avait été diffusé en janvier dernier sur le forum de l’association.

 

Cybèle Bouteiller

Français du Monde
 

 

A voir aussi sur « lepetitjournal.com »

petit journal nouveau

Si l'expatriation ouvre une nouvelle page d'une carrière professionnelle, elle permet également d'écrire de belles histoires d'amour. Couples d'expatriés ou binationaux, ils ont choisi de se marier à l'étranger. Mais entre paperasse administrative et traditions locales, le plus "beau jour" de leur vie est loin de se résumer à la seule prononciation du mot "oui"



Cliquez sur

http://www.lepetitjournal.com/homepage/expat/130018-mariage-se-dire-qouiq-a-letranger.html

 

Et aussi

 

Comprendre les différents régimes matrimoniaux

 

 

Logo 2012Chaque pays possède un régime matrimonial légal qui s’applique par défaut lorsqu’une union est conclue sans qu’un contrat de mariage n’ait été signé par le couple. Il est toutefois possible de choisir le régime matrimonial auquel on souhaite soumettre son union, à condition de conclure un contrat de mariage.

 

Cliquez sur:

 Comprendre les différents régimes matrimoniaux

 

 

Partager cet article

FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Tout savoir sur...
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 02:22

Sur le site internet de Français-du Monde, vous pourrez retrouver de nombreuses informations concernant les bourses scolaires (brochures, instructions et formulaires).

Rendez-vous sur le site de Français du Monde.

Accès direct au site de Français du Monde-ADFE depuis ce blog à « liens utiles » sur la page de droite.

Puis, une fois sur le site, rendez-vous dans la rubrique « vivre à l’étranger » où vous trouverez la page " la scolarisation".

Partager cet article

FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Tout savoir sur...
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 05:48

Streamees.com : des films en streaming


Sympathique alternative à la loi Hadopi, le site français Streamees.com permet de regarder une large vidéothèque en toute légalité. Le site diffuse des films, séries, documentaires et dessins animés tombés dans le domaine public, sous licence libre (Creative Commons) ou encore en streaming gratuit et légal sur des sites qui détiennent les droits de diffusion. Notamment les documentaires Paris vu du ciel et Home, de Yann Arthus-Bertrand, visible en HD gratuitement et sans inscription.

Avec Streamees.com, vous allez pouvoir regarder des films gratuitement et légalement. Fini la crainte de l'Hadopi. Dessins animés, séries TV, documentaires, films, il y en a pour tous les goûts ! Streamees vous permet de regarder des films gratuits en toute simplicité sans franchir les limites de la légalité.

 

Cliquez sur :

http://www.streamees.com/

 

Sources:lemondefr pet

Partager cet article

FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Médias
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 14:28

service publicVous êtes en litige avec un opérateur de téléphonie fixe ou mobile ou avec un fournisseur d’accès internet ? Vous contestez une révision de loyer en cours de bail ? A la suite de difficultés financières, vous souhaitez déposer un dossier auprès de la commission de surendettement ? Vous voulez annuler la commande passée auprès d’un démarcheur à domicile dans le délai de 7 jours ?

Retrouvez sur le site de l’Institut national de la consommation (INC) 150 lettres types qui répondent aux situations les plus courantes de votre vie de consommateur. Vous pouvez effectuer votre recherche sur l’un des thèmes suivants : assurance (21 lettres), automobile-transport (14 lettres), banque-argent (22 lettres), commerce (36 lettres), droit-justice (8 lettres), internet-image-son (9 lettres), logement (35 lettres) ou encore loisirs-tourisme (5 lettres). Rédigées par des juristes de l’INC, ces lettres types sont accompagnées des textes législatifs en vigueur. Elles sont téléchargeables gratuitement au format "word".

L’INC propose également en ligne toute une série de fiches pratiques pour vous guider et vous aider à comprendre concrètement, sur un sujet précis, la réglementation, mais aussi les abus constatés et les solutions pour y parer.

L'avenir nous dira si certaines de ces lettres sont utiles pour les Français de l'étranger.

Institut national de la consommation (INC)

150 lettres types en ligne

 

Retrouvez l'intégralité de l'article:

http://www.service-public.fr/actualites/001414.html?xtor=EPR-140

 

Partager cet article

FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Informations administratives
commenter cet article
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 03:04

Tout savoir sur les pensions alimentaires : calcul des montants des pensions, textes de références.

Sur le site de l'Insee insee.gif

Cliquez sur

http://www.insee.fr/fr/themes/calcul-pension.asp

Sur le site "Service public" service public

Cliquez sur :

http://www.service-public.fr/actualites/001721.html?xtor=EPR-140

 

Partager cet article

FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Tout savoir sur...
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 05:53

logo_cada.gifLa commission d’accès aux documents administratifs (CADA) est une autorité indépendante, elle ne communique pas elle-même des documents administratifs. Elle peut aider l’usager à obtenir le document (copie d’examen, dossier fiscal, dossier médical, dossier de permis de conduire, etc.) qui lui a été refusé par l’administration détentrice. La CADA peut intervenir pour tous les documents détenus par un service de l’Etat, une collectivité territoriale, un établissement public ou un organisme chargé de la gestion d’un service public, que cet organisme soit public ou privé.

Pour cela, l’usager doit saisir la CADA dans les deux mois qui suivent le refus exprès (réponse écrite négative) ou tacite (absence de réponse pendant plus d’un mois) de l’administration. La CADA dispose alors d’un délai d’un mois pour transmettre à l’administration et à l’usager concernés un avis sur le caractère communicable du document.

Il s’agit d’un avis consultatif : l’administration n’est pas obligée de le suivre. Par conséquent, si l’administration choisit de ne pas suivre l’avis favorable rendu par la CADA (dans un délai de deux mois après avoir saisi la CADA), la seule solution est de former un recours pour excès de pouvoir devant la juridiction administrative. De même, si la CADA a rendu un avis défavorable et si l’administration saisie a confirmé son refus initial, il est alors nécessaire de contester cette décision devant le juge administratif.

Commission d’accès aux documents administratifs (CADA)

Comment la CADA peut-elle vous aider ?

Sources: Services publics

Partager cet article

FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Comment faire pour...
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 04:09

Voici un article intéressant paru dans le Figaro au sujet des élections des futurs députés qui représenteront les Français de l’étranger.

Au-delà du titre et du contenu de cet article, il faudrait proposer à tous ces gens de ne pas oublier leurs parachutes, vous ne trouvez pas ?

 

Cliquez sur:

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/01/04/01002-20110104ARTFIG00702-l-ump-part-favorite-dans-les-circonscriptions-de-l-etranger.php

 

Sources: Le Figaro

Partager cet article

FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Archives
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 03:43

Radio Fr Solo est un logiciel très simple pour écouter du monde entier les radios en langue française via Internet sans aller sur leur site, vous n'avez même pas à les rechercher car la liste de plus de 1000 stations http://www.radiofrsolo.info/DB/DB.php

 

francophones (radio et TV) est mise à jour régulièrement et de façon automatique !

Si vous le désirez vous pouvez supprimer ou ajouter des stations, enregistrer pour vous ou vos élèves en Ogg ou en MP3 et changer l'apparence avec des skins. Vous pouvez aussi programmer l'enregistrement d'une émission à une date précise ou quotidiennement.

Radio Fr Solo est un logiciel gratuit et sans pub développé par quelques passionnés qui pensent qu'Internet est un phénomène social et qui peut encore être un lieu d'échanges non intéressés. Dans le même esprit la liste des radios françaises est maintenue coopérativement par les utilisateurs eux-mêmes et quelques administrateurs bénévoles.

Téléchargement Radio FR Solo v2.1

Partager cet article

FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Médias
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 03:02

lsga.jpgA la suite des commémorations du 8 mai marquant la fin de la seconde guerre mondiale sur le continent européen, le site internet "Mémoire des hommes" vous propose l’accès à la base de données des militaires français décédés durant ce conflit.

De la drôle de guerre à la victoire, 200 000 militaires sont morts dans les rangs de l’armée régulière, dans la résistance intérieure ou dans les forces françaises libres en France mais aussi en Afrique et en Indochine. Afin de faciliter les travaux des historiens, des généalogistes, des scolaires ou des simples curieux, la base permet une recherche multicritère, la recherche s’effectuant sur 4 critères (nom, prénom, date et département/pays de naissance). Aucun des critères n’est obligatoire. Toutefois, cette recherche peut être améliorée en ajoutant un ou plusieurs critères parmi ceux proposés. Le résultat apparaît sous la forme d’une liste. Les fiches des soldats comportent notamment les informations suivantes :

  • nom,
  • prénom,
  • date de naissance,
  • commune de naissance,
  • département ou pays de naissance,
  • grade,
  • unité,
  • date de décès,
  • commune de décès,
  • dépatement ou pays de décès,
  • cause du décès.

Cette base de données vient compléter les bases déjà existantes concernant la première guerre mondiale, les guerres d’Indochine et d’Algérie, les combats du Maroc et de Tunisie et les fusillés du Mont Valérien. "Mémoire des hommes" est destiné à mettre à la disposition du public des bases de données réalisées à partir de la numérisation et de l’indexation de fiches biographiques conservées par le ministère de la défense.

Ministère de la défense

Mémoire des hommes > Militaires décédés durant la seconde guerre mondiale

 

C'est ainsi que vous pourrez apprendre que 36 Français nés en Argentine,  13 Français nés au Chili et 5 Français nés en Urugay sont morts au champ d'honneur pendant le second conflit mondial. Pour la 1ère guerre, il faudra inscritr le nom de la personne recherchée tout comme pour la guerre d’Indochine et d’Algérie.

 

Sources: Services publics.fr

Partager cet article

FrançaisduMonde.adfe.conesud - dans Cône sud
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de FrançaisduMonde.adfe.conesud
  • : Ce blog s'adresse plutôt aux Français vivant à l'étranger dont, plus particulièrement, ceux installés dans la région d'Amérique latine dite du Cône sud laquelle regroupe l'Argentine, le Chili, le Paraguay et l'Uruguay.
  • Contact

Français du monde-ADFE pour le cône sud

Logo 2012

 

 Circonscription du cône sud:

 

Argentine, Chili, Paraguay et Uruguay

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog